Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 janvier 2005

Message à Jennifer Aniston

medium_anis.jpgJennifer, tu l'aimais ton Brad, il était tout pour toi, ton soleil, ton univers. Tu l'as épousé il y a quatre ans, vous formiez un si beau couple mais il a préféré aller faire le joli coeur avec Angelina te laissant seule et abandonnée. Tu te souviendras toute ta vie du jour où tu as surpris l'homme que tu aimes faire l'amour au téléphone à une autre femme. Oui, pour sa défense, tu n'as pas voulu lui faire de bébé, préférant privilégier ta carrière. Etait-ce une raison suffisante pour briser un aussi beau mariage ? Avait-il besoin de te culpabiliser en te disant qu'Angelina réussissait pourtant bien à mener de front sa carrière et son rôle de maman ? Non bien sûr.

Jennifer, rien ne sera plus jamais comme avant et ton coeur aura du mal à s'en remettre. Je voulais juste te dire que
tu pouvais compter sur moi si tu as besoin de réconfort, d'une épaule sur laquelle pleurer, d'une écoute attentive, de compréhension....et peut-être de plus qui sait ? Tu peux m'appeler à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Je serai toujours là pour toi Jennifer. Tendrement.

P.S : Si sa trahison t'affecte, si le vide qu’il laisse en partant est immense, l’avenir malheureusement t'appelle, et il faut déjà penser à le remplacer. Je t'aime Jennifer.

Commentaires

brad, comme ban zarab i di ici, croi pas biriani lé méyeur dans le plat out voizin ! ou nauré du écout dicton là !

Écrit par : zarab974 | samedi, 15 janvier 2005

non ms zarab974 désolée ms en l'occurence, le biriani lété méyeur dans le plat du voisin parce qu'entre angelina jolie et jennifer aniston, y'a vraiment pas photo, le nom même l'indique!

Écrit par : joséphine daniel de betteville | mercredi, 02 février 2005

josephine, laisse moi te dire une bonne chose : angelina est une briseuse de ménages !!!

Écrit par : resh4ever | mercredi, 02 février 2005

Les commentaires sont fermés.