Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mai 2005

Zarab Connection

"Zarab Connection" : ça vous évoque tous quelque chose, ça vous rappelle certains faits divers des dernières semaines. Cette expression a été utilisée par un journal local pour désigner négativement une bande de jeunes zarabes. Pourquoi ne pas reprendre cette expression à notre compte ? Pourquoi ne pas en être fier ? Non pas fier de ces faits divers, mais fier d'être zarab, fier d'appartenir à une communauté, à une connection ! Faisons un superbe pied de nez à ce journal et affirmons notre appartenance à la Zarab Connection !

Faites comme nous, vous aussi portez le t-shirt Zarab Connection ! Vendu au prix de lancement de 12 Euros, ce t-shirt s'annonce déjà comme un succès. Deux modèles sont disponibles : logo blanc ou logo rouge dégradé, les deux au niveau poitrine sur t-shirt noir de taille L. D'autres tailles sont disponibles sur demande, notamment des tailles pour filles.

N'attendez plus et soyez parmi les premiers à porter ce t-shirt ! Contactez moi à resh4ever@gmail.com ou au 0692 22 45 23 si vous êtes intéressés.

Voici les deux logos :





Les t-shirts (cliquez pour agrandir la photo) :

medium_photo_0073.2.jpg
medium_photo_0070.2.jpg


medium_photo_0072.2.jpg
medium_photo_0066.2.jpg

mercredi, 04 mai 2005

Les Chroniques d'Andrea #5 : concert des Black Strobes et de The Hacker

Jeudi 28 avril 2005

Jeudi j’étais pas super motivé pour sortir. Manque de sommeil, sensation de chute, descente tout schuss, c’était pas la joie.
Mais avec la nuit mes envies, mes sensations, mon enthousiasme sont revenus. So, let’s go to the P.E. (Point Ephemere).

Y avait les Black Strobes et The Hacker. J’arrive à 1h00, c’est le début du concert des B.S. Le rythme est toujours aussi bon, mais ils assurent pas au niveau technique (quelques foirages) et scéniques (Henri Salvador est plus dynamique). J’écoute d’une oreille distraite, mon verre à la main, je balaye la salle régulièrement espérant y retrouver une pseudo connaissance.

Au bout d’une heure, c’est la fin du concert. Ils se sont vraiment pas foulés.

Le temps que l’on installe les platines du Hacker, je vais me rafraîchir au bar. Je discute quelques minutes avec Theo, un mec assez mignon. On y parle Nietzsche, la « Ferme 2 » et bien sûr l’incontournable sujet du moment : t'es plutôt oui ou plutôt non ?

Ensuite je retourne sur la piste, le Hacker est déjà à l’œuvre. C’est froid, tranchant, rythmée, dure, robotique. Putain !!! J’adore.
Je chat un peu avec une américaine qui accompagne ses amis mais qui n’aiment pas du tout la musique. Elle me demande « Are you someone who’s selling drugs here ? ». Je m’inquiète pour sa santé et je lui réponds que non. En plus, c’est vrai. A Paris on ne vend pas de drogues dans les clubs.

J’aime beaucoup l’ambiance du P.E. Les gens sont friendly, open, tactiles. On se frôle, on se touche, on se caresse, on se prend par la taille. Tout ça sans arrière pensée (ou presque).

A 4h00 je rentre chez moi. Ça va, j’ai encore un peu de marge avant que le soleil ne se lève. Je m’endors devant un mec qui escalade des parois à mains nues. C’est très beau. Les oiseaux commencent à chanter, c’est le début de la fin de la nuit, snif.

lundi, 02 mai 2005

Les Chroniques d'Andrea #4 : concert de Jad Wio

Samedi 16 avril 2005

22h00, je me réveille. Pas encore remis de ma soirée de la veille. J’ai intérêt à me dépêcher car Jad Wio débute son concert dans 1h30.
J’avale un triple café et 2 pommes. Ça devrait aller jusqu à 3h00.
La nuit est belle, grose (gris-rose) avec quelques fenêtres de ciel bleu. Il vente juste ce qu’il faut.

Un taxi me dépose devant les Caves. Une dizaine de personnes font la queue, mais aucun signe de Laure et des autres.
My mood begins to fall down. C’est un reliquat de mes consommations de la veille.
Ils arrivent enfin.

La salle d’ordinaire étroite a des airs de boîtes de sardines. Bonjour, les échanges de fluides. En plus, vynil et latex, ça aide pas au niveau de l’aération.

Jad Wio en est à son 3ème morceau. On se fraye un chemin jusqu’à la scène et on arrive presque au 1er rang.
Il est là. Souriant, élégant, sensuel. Minijupe, tailleur, collant et talons aiguilles. Il se contorsionne sur scène, marche comme un félin.

Ophélie est magnifiquement chanté, malgré le mauvais son de la salle.
Pour celles et ceux qui ne connaissent d’Ophélie que Winter, sachez que celle de Jad Wio est légèrement différente.

Ophélie est une fille qui a du sex-appeal. Dans un cirque elle suce un mulet, et à la fin elle le baise.

Le concert était un peu court. Heureusement que le DJ était bien. Tout les classique y sont passés : Ramstein, Paradise Lost, Siouxie, Marylin Manson……….

Coté fétish, c’était moins bien. A part un mec à poil qui se prenait pour un chien et quelques mâles léchant des bottes, pas grand chose.

J’ai pris un verre avec Poupée Mécanique, un dernier froti-frota sur la piste et puis je suis rentré me coucher.
Je suis une vraie marmotte en ce moment. Je récupère les heures de sommeil que j’ai perdues en novembre-décembre 2004.

Que c’est bon de dormir.