Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 juillet 2006

Interview exclusive de Samia Badat !

Avertissement : Le texte qui va suivre est une parodie d'une célèbre interview, il ne doit donc pas être pris au sérieux. Samia Badat ne m'a jamais accordé d'interview.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'affaire Samia Badat continue d'agiter la Réunion. Son origine : un banal contrôle de police subie par la chef de cabinet de Nassimah Dindar au cours duquel le ton serait vite monté et les policiers de la BAC auraient eu des propos rugueux et déplacés. Suite à cet incident, Mademoiselle Badat a écrit aux autorités des policiers qui ont diligenté une enquête interne. Elle serait également intervenue auprès du chef de cabinet de Nicolas Sarkozy qu'elle connaît personnellement pour obtenir la venue de la Police des police pour tirer son affaire au clair. Entre temps, l'amie qui l'accompagnait le soir du contrôle, a reçu de graves menaces par téléphone. L'appareil utilisé est identifié comme un téléphone de la BAC.

Tant de rebondissements pour un contrôle de police apparemment anodin. Que s'est-il passé ce soir là ? Que lui ont dit les policiers de la BAC pour lui faire perdre son sang froid ? Quelle était la teneur de leurs propos pour qu'elle décide sur un coup de tête d'appeler le chef de cabinet de Sarkozy ? Ces questions, tous les réunionnais se les posent. En exclusivité, pour mon blog, Samia Badat y répond enfin !

 

resh4ever : Samia, que s'est-il passé ce soir là ? Pouvez-vous nous raconter ?

Samia Badat : Ils me demandent mes papiers en fait. Et je leur dis d'arrêter de me demander mes papiers. Et je leur dis que s’ils le veulent, je leur donnerai un autographe à la fin de la soirée. Voilà, c’est ce que je leur ai dit. Et là ils disent des mots qui sont très durs et qu’ils répètent plusieurs fois. Des mots qui sont quelques fois plus durs que des gestes. En fait, c’est quelque chose qui de toute façon se fait très vite : ce sont des mots qui me touchent au plus profond de moi. C’est très grave, ce sont des choses très personnelles, qui touchent à ma personne : oui, avec mon sac Gucci, ma coupe de cheveux, ma façon de conduire. Ce sont des mots très durs, vous écoutez une fois et vous essayez de partir, c’est ce que je fais. Car je m’en vais en fait. Vous écoutez deux fois et puis voilà : la troisième fois… Je suis une femme avant tout. Je vous dis, il y a des mots qui sont parfois plus durs que des… J’aurais à la limite préféré me prendre une droite dans la gueule qu’entendre ça. Et j’ai réagi.

 

resh4ever : Que répondez-vous à vos critiques ?

Samia Badat : Bien sûr que cela n’est pas quelque chose à faire. Je tiens à le dire haut et fort car c’est vrai que cela a été entendu par deux, trois personnes. Forcément, pour eux, je m’en excuse et je le dis haut et fort. 

 

resh4ever : Regrettez-vous votre geste ? 

Samia Badat : Je ne peux pas regretter ce que j'ai fait car le regretter, cela voudrait dire qu’ils avaient raison de dire tout ça. Je ne peux pas dire ça. Je m’excuse auprès de toutes les personnes qui ont entendu parler de ce que j'ai fait car ce sont des choses qui ne sont pas tolérables. Mais regretter ce geste, cela voudrait dire qu’ils avaient raison de dire ce qu’il ont dit. Et non, ils n’ont pas raison de dire ce qu’ils ont dit ! Surtout pas, surtout pas.

 

resh4ever : Si c'était à refaire ?

Samia Badat : Je vous ai assez dit ce que je pensais.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avertissement : Le texte qui précède est une parodie d'une célèbre interview, il ne doit donc pas être pris au sérieux. Samia Badat ne m'a jamais accordé d'interview.

Commentaires

Ca madjaa ca interview comme çca!!

euuhh, une erreur s'est glissé dans l'article, ou a alors trop de modestie: ce n'est pas deux ou trois personne mais les deux ou trois cent mille lecteurs de la presse local qui ont été captivés par cette terrible affaire...

Écrit par : SiM | dimanche, 16 juillet 2006

sa se fé pas de copier sur mon propre interview!!!malfaiteur!!!je vais te donner un koup de tete alors!!!!

Écrit par : zidane | dimanche, 16 juillet 2006

hénnn zidane ferm ton guél!!

Écrit par : matterazi malboro | dimanche, 16 juillet 2006

On en a tondu pour moins que ça, à la Libération...

Écrit par : Sacha Baron | lundi, 17 juillet 2006

Resh 4 ever ? c'est quoi ce pseudo ?
Tu pourrais donner ton vrai nom ...

Et tu sembles avoir un vrai problème avec les marques ... si tu veux on peut organiser une soirée de charité destinée à collecter des fonds pour te financer un sac GUCCI ?

A moins que tu ne demandes à Pierro Dupuy de t'en acheter un : il en a vraisemblablement les moyens ...

Écrit par : Charlotte | lundi, 17 juillet 2006

Té Charlotte, arrete prends ça au serieux.
Kassage lo Kui, ou koné kossa i vé dire?

Par contre si ou donn a mwin in sac Gucci mi lé ok... lol

Écrit par : zourite | lundi, 17 juillet 2006

perso je prefere Prada à Gucci.

Écrit par : resh4ever | mardi, 18 juillet 2006

Mon pauvre Réshad, au lieu de croire que Pierrot DUPUY est ton ami et d'alimenter son site, ty devrais te rendre compte qu'il te méprise au plus haut point et que tu n'es qu'un instrument de sa quête - désespérée de pouvoir toujours inassouvie- et qui risque de rester longtemps inassouvie d'ailleurs, vu la médiocrité du personnage...
T'associer à lui revient à tomber aussi bas...
tu t'es sacrément fait manipuler mon pauvre...

Écrit par : Charlotte | mardi, 18 juillet 2006

Problèmes de déontologie de policiers dans l'affaire de Clichy

PARIS, 18 juillet (Reuters) - La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) critique l'interrogatoire du mineur qui a survécu au drame de Clichy-sous-Bois, à l'origine des émeutes de banlieue en novembre 2005.
Saisie en janvier dernier par le député PS Claude Evin à la demande du mineur, la commission présidée par Pierre Truche estime que l'audition du jeune rescapé par les enquêteurs a constitué un "manquement à la déontologie".

"La commission estime que le fait que M. A. ait été interrogé pendant une heure et demi, alors qu'il était grièvement blessé, en état de détresse psychologique et morale évidente et sans l'assistance de ses parents, par des fonctionnaires munis d'un document comportant des données erronées, constitue un manquement à la déontologie", précise l'avis de la CNDS.

Lors du drame, deux mineurs se disant ou se croyant poursuivis par la police avaient trouvé refuge dans un transformateur EDF et étaient morts électrocutés. Un troisième jeune avait été grièvement brûlé.

La CNDS demande au ministre de l'Intérieur de rappeler solennellement aux fonctionnaires de police, notamment aux OPJ, le respect des dispositions en faveur des mineurs.

Elle adresse également son avis "au ministre de la Santé pour information" et souhaite que l'on "rendre obligatoire la mention écrite de l'autorisation donnée par le médecin aux services de police de procéder aux auditions de patients".

Le mineur - devenu depuis majeur - survivant du drame, entouré de ses deux avocats, était présent à la conférence de presse tenue mardi à l'Assemblée nationale pour la présentation par Claude Evin des conclusions de la CNDS.

"Nous allons demander à M. le procureur de la République de Nanterre d'ouvrir une information judiciaire pour mise en danger délibéré de la vie d'autrui et faux", a dit l'un de ses avocats, Me Jean-Pierre Mignard.

"Nous souhaitons être entendu par le responsable de l'action publique. Nous souhaitons ne pas avoir à déposer une plainte avec constitution de partie civile dans une affaire comme celle-ci car l'avis de la Commission nationale devrait suffire", a-t-il ajouté.

Écrit par : Diana | mercredi, 19 juillet 2006

Charlotte, ton avis sur Pierrot Dupuy n'engage que toi mais à quel moment me suis-je associé à lui ?

J'ai écrit une note sur mon blog, cela a été repris par P.Dupuy. Cela arrive tout le temps dans la blogosphère, c'est même un des principes du blog : la reprise d'infos, l'échange, etc..

Quelle instrumentalisation y a t il là dedans ?! A quel moment ai-je alimenté son site ?!

Écrit par : resh4ever | mercredi, 19 juillet 2006

Ridicule l'interview de Samia Badat!!! Je ne la connais pas perso mais vous pensez pas qu'elle doit en avoir assez entre ce site et celui du ridicule et frustre pierrot dupuy!!!

Écrit par : lilya | mercredi, 26 juillet 2006

je pense sincèrement que ma pseudo-interview ne l'a pas du tout affecté. Comme on dit en créole "i coule comme in gout d'eau si in fay songe" ou un truc dans le genre

j'aime beaucoup ton prénom/pseudo lilya.

Écrit par : resh4ever | jeudi, 27 juillet 2006

idiot.....

Écrit par : jean némar | mercredi, 04 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.