Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 septembre 2007

I am exhausted

I am exhausted. J’écris ces lignes depuis Jackson Hole, Wyoming (USA). J’ai l’impression d’être Neo, je vois le monde en chiffre.

J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer, la crise financière mondiale n’aura pas lieu. Jean-Claude et Ben se sont mis d’accord.

A coté de ces deux jours que je viens de passer, les négociations pour fusionner GDF et Suez sont des vacances.

 

Et dire qu’il y a une semaine, dans le Parc de Saint Cloud, sous la pleine lune, mon visage enfoui dans les cheveux acajou de Klara, je regardais Björk avec mon âme, la brise caressant mon visage.

Ses cheveux sentaient la plage, le vent et les vacances. Les conditions étaient optimales pour une belle nuit d’amour. En plus ça renforce le système immunitaire (si on se protège naturellement).

 

C’est vrai que ses cheveux sentent vraiment bon. Il faudrait que je lui demande la marque de son shampoo, peut être que ça me procurera les mêmes sensations, peut être que finalement nous n’avons pas besoin de partenaire, il suffit d’un bon shampoo et d’un peu de narcissisme.

Si seulement Serge Reggiani avait su cela, il n’aurait pas pleuré à longueur de concert sa solitude. Comme quoi, une chanson ne tient pas à grand-chose.

 

« En fait, je suis l'inverse de cette fille sulfureuse que j'appelle "l'autre", ce fantasme que j'ai inventé, qui coïncide avec ce que l'on projette sur moi et m'attire tous ces rôles d'icône sexuelle. Cette "autre" est parfois une prison, mais elle m'a sauvé la vie. Parfois, je ne sais pas ce qui m'est le plus difficile à vivre : être moi-même, ou le fantasme. »

 

Asia me confiait cela en faisant le vortex. Cela lui donne un air strange. Un cote enfant et junkie. Junkchild quoi. Nous sommes nombreux à être comme cela. Nous sommes plusieurs.

 

Je dois concilier le cadre performant qui joue selon les règles de la société avec la partie nocturne de mon être, celle qui est allergique à la lumière et à toutes règles juridiques, morales ou sociales.

 

Comme l’a écrit Hermann Hesse, le loup des steppes et l’être dit civilisé coexistent en la plupart de nous.

 

Les paroles de Neil Young me viennent à l’esprit, « Le rock & roll ne mourra jamais. Mieux vaut flamber, que disparaître à petit feu ». Il avait raison. Le temps, la volonté de pouvoir et d’argent nous font oublier certaines valeurs. Que dirait Ann si elle me voyait.

 

« J’allais danser jusqu’à l’épuisement physique, jusqu’à la désorientation spatiale totale. Eh ouais, c’était ça l’histoire : s’éclater à porter des fringues fun pour se démarquer des dégaines sinistres des autres, faire passer la semaine aussi vite que possible pour ceux qui n’avaient pas la chance d’avoir un boulot qui leur plaisait, et quand le week-end arrivait enfin, on se lâchait. On avalait un truc qui transportait ailleurs – et c’était parti. Before, boîtes, raves, free parties, soirées privées, afters, tea-dance, et ainsi de suite, comme ça jusqu’au dimanche soir. Et tant pis pour la descente du lundi matin. Tant pis pour le trou sur le compte en banque. Tant pis pour les risques de « troubles de la mémoire, de l’attention, de la vue, les dérèglements psychatriques, la déshydratation, l’hypothermie, la neurotoxicité ».Allez vous faire foutre avec votre envie de vivre vieux qui voulait attendre de voir quel cancer allait se déclencher en premier ? »

 

 

N’oublie pas ! N’oublie pas ! N’oublie pas !

 

« Je préfère vivre une dizaine d’années hyper à fond plutôt que jusqu’à 70 ans, écroulée au fond d’un fauteuil face à la télé. Je ne veux rien faire à moitié et vivre uniquement l’instant présent. Je veux flamber. Je veux couver sous la cendre. Je ne veux rien d’autre »

 

Janis Joplin

19 janvier 1943, Port Arthur

4 octobre 1970, Los Angeles.

 

 

Si seulement Raymond Barre avait suivi ses idéaux ! Il n’aurait pas eu à subir la fin qu’il a connue Oui, peut être n’aurait il pas été Premier Ministre. Mais cela faut il la peine d’être le baudet d’un aristo qui se veut républicain ?

En même temps, c’est la preuve vivante que l’on peut être un fumeur d’opium adolescent et devenir Premier Ministre.

Alors, peut être serai-je appelée prochainement vers les plus hautes fonction.

 

Putain de Wyoming, plus rien à boire. Rien à baiser non plus. Fuck off.

 

Commentaires

marrant ces chroniques, on croirait lire éric dahan en mieux.

bon ok, c'est pas sympa.

Écrit par : uterusque | mardi, 04 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.