Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 janvier 2005

La face cachée de Jamel Debbouze

Jamel devait venir jouer son spectacle à la Réunion début décembre. Spectacle annulé à la toute dernière minute, officiellement pour raisons médicales. Mais Michel Admette, notre célèbre ségatier, a une toute autre explication.

Jamel poursuivi par son passé (JIR du 3 décembre)


Les explications données par Jamel Debbouze ne font pas l’unanimité. Au certificat médical présenté par les organisateurs, Michel Admette oppose la mort de son fils, dans lequel l’humoriste a perdu un bras.



Jamel Debbouze : Le dossier noir des Admette (JIR du 4 décembre)


Michel Admette et son épouse racontent le drame de leur vie, la perte de leur jeune fils, en 1990, en région parisienne, déchiqueté sous les roues d’un train. Selon eux, c’est Jamel Debbouze qui l’a poussé. Or, ce dernier a bénéficié d’un non-lieu. Ils n’en démordent pas.



La famille Admette manifeste à Saint-Gilles (JIR du 5 décembre)



[Mise à jour 12/01/2005]

Témoignages apporte une autre version dans un article datant d'octobre 2004.

"La même année, Michel Admette perd son fils Jean-Paul, sur les quais de la gare de Trappes, où le Théâtre Vollard joue "Lepervenche, chemin de fer". C’est lors de ce terrible accident que Jamel Debbouze, grand ami du fils de Michel Admette, perd son bras. L’histoire sera évoquée dans "Séga Tremblad"."


En tout cas, force est de constater que dans cette histoire les contradictions sont nombreuses, et même entre les 3 articles du JIR.