Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mai 2007

Les Chroniques d'Andrea #19

Il est des endroits comme ça qui vous marque toute votre vie.

J’avais 14 ans. Je prenais conscience de certaines choses, même si je n’étais plus innocent.

L’entrée était interdite aux mineurs mais grâce à des amis majeurs qui connaissaient le doorman j’ai pu pénétrer ce lieu qui m’apparaissait comme un lieu magique et inaccessible.

Je ne le savais pas encore mais ce lieu allait faire partie de ma vie pendant de nombreuses années.

 

C’était un bar comme il en existe dans toutes les villes. Mais pour moi c’était LE BAR. J’y ai découvert de nombreuses choses et rencontré des gens formidables……..et aussi des très minables…..bref, la vie.

 

Dès la première fois j’y suis devenu accroc. J’aimais cette sensation de bien être, ce sentiment de liberté. Presque tout était possible. L’expérience était la norme, la routine était bannie.

 

L’endroit était fréquenté par des terminales et des étudiants, notamment pas mal d’Erasmus. Cela me permit de découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux univers et de progresser en langue, etc.

 

Ashley, Fiona, Steve, Jack, Bianca, Loris, John, Fred, Emma...

 

Pour beaucoup de personnes cet endroit a été le lieu des premières fois, et je ne parle pas forcément d’anatomie.

 

Les plus anciens appréciaient les nouveaux venus comme autant de proies potentielles. Celles-ci se laissaient capturer, heureux de progresser dans la hiérarchie du lieu. Avec le temps, les anciens partent ou commencent à faire partie des meubles et les anciennes proies deviennent chasseur. Et le cycle se perpétue.

 

Avec le temps je devins un habitué et je regardais avec une certaine hauteur les nouveaux. C’est à ce moment que je compris que je devais partir pour ne pas regretter. Quelques années plus tard, j’appris que le bar a été remplacé par une librairie.

 

Il s'appelait l'Elixir et il coule toujours dans mes veines.