Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 juillet 2006

Interview exclusive de Samia Badat !

Avertissement : Le texte qui va suivre est une parodie d'une célèbre interview, il ne doit donc pas être pris au sérieux. Samia Badat ne m'a jamais accordé d'interview.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'affaire Samia Badat continue d'agiter la Réunion. Son origine : un banal contrôle de police subie par la chef de cabinet de Nassimah Dindar au cours duquel le ton serait vite monté et les policiers de la BAC auraient eu des propos rugueux et déplacés. Suite à cet incident, Mademoiselle Badat a écrit aux autorités des policiers qui ont diligenté une enquête interne. Elle serait également intervenue auprès du chef de cabinet de Nicolas Sarkozy qu'elle connaît personnellement pour obtenir la venue de la Police des police pour tirer son affaire au clair. Entre temps, l'amie qui l'accompagnait le soir du contrôle, a reçu de graves menaces par téléphone. L'appareil utilisé est identifié comme un téléphone de la BAC.

Tant de rebondissements pour un contrôle de police apparemment anodin. Que s'est-il passé ce soir là ? Que lui ont dit les policiers de la BAC pour lui faire perdre son sang froid ? Quelle était la teneur de leurs propos pour qu'elle décide sur un coup de tête d'appeler le chef de cabinet de Sarkozy ? Ces questions, tous les réunionnais se les posent. En exclusivité, pour mon blog, Samia Badat y répond enfin !

 

resh4ever : Samia, que s'est-il passé ce soir là ? Pouvez-vous nous raconter ?

Samia Badat : Ils me demandent mes papiers en fait. Et je leur dis d'arrêter de me demander mes papiers. Et je leur dis que s’ils le veulent, je leur donnerai un autographe à la fin de la soirée. Voilà, c’est ce que je leur ai dit. Et là ils disent des mots qui sont très durs et qu’ils répètent plusieurs fois. Des mots qui sont quelques fois plus durs que des gestes. En fait, c’est quelque chose qui de toute façon se fait très vite : ce sont des mots qui me touchent au plus profond de moi. C’est très grave, ce sont des choses très personnelles, qui touchent à ma personne : oui, avec mon sac Gucci, ma coupe de cheveux, ma façon de conduire. Ce sont des mots très durs, vous écoutez une fois et vous essayez de partir, c’est ce que je fais. Car je m’en vais en fait. Vous écoutez deux fois et puis voilà : la troisième fois… Je suis une femme avant tout. Je vous dis, il y a des mots qui sont parfois plus durs que des… J’aurais à la limite préféré me prendre une droite dans la gueule qu’entendre ça. Et j’ai réagi.

 

resh4ever : Que répondez-vous à vos critiques ?

Samia Badat : Bien sûr que cela n’est pas quelque chose à faire. Je tiens à le dire haut et fort car c’est vrai que cela a été entendu par deux, trois personnes. Forcément, pour eux, je m’en excuse et je le dis haut et fort. 

 

resh4ever : Regrettez-vous votre geste ? 

Samia Badat : Je ne peux pas regretter ce que j'ai fait car le regretter, cela voudrait dire qu’ils avaient raison de dire tout ça. Je ne peux pas dire ça. Je m’excuse auprès de toutes les personnes qui ont entendu parler de ce que j'ai fait car ce sont des choses qui ne sont pas tolérables. Mais regretter ce geste, cela voudrait dire qu’ils avaient raison de dire ce qu’il ont dit. Et non, ils n’ont pas raison de dire ce qu’ils ont dit ! Surtout pas, surtout pas.

 

resh4ever : Si c'était à refaire ?

Samia Badat : Je vous ai assez dit ce que je pensais.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avertissement : Le texte qui précède est une parodie d'une célèbre interview, il ne doit donc pas être pris au sérieux. Samia Badat ne m'a jamais accordé d'interview.